Menu

Le milieu naturel du Ballon d’Alsace

La végétation sur l’ensemble du Ballon d’Alsace appartient à l’étage montagnard moyen et supérieur.

La forêt est très présente. Elle illustre un équilibre de la formation végétale avec le climat et le sol. Selon l’altitude et la microtopographie, on rencontre trois types de boisements différents :

  • La hêtraie sommitale, à une altitude > 1000 m
  • La hêtraie sapinière, à une altitude < 1000m
  • Les bois mixtes d’érable sycomore, orme des montagnes, hêtre, sapin pectiné, épicéa et frêne, liés aux conditions d’humidité et d’instabilité des pierriers de pentes abruptes et ravins.

La hêtraie sommitale

C’est une forêt basse de 15m où les arbres sont souvent rameux et contournés, leur port traduisant une anémomorphose poussée. Le hêtre est dominant, tandis que le sapin, défavorisé par la rigueur du climat, n’est présent que sous la forme de pieds isolés. Associés au hêtre, on remarque l’érable sycomore, le sorbier des oiseleurs et, dans la strate arbustive le framboisier, des camérisiers noir, des groseillers. 

La hêtraie sapinière

Le sapin prend de l’importance avec la diminution de l’altitude. La hêtraie sapinière apparaît véritablement qu’au dessous de 1000m et se présente sous deux formes :

  • La hêtraie sapinière à Luzulz, forme acidiphile, bien développée sur les versants Nord et Est. Le sapin y domine largement le hêtre
  • La hêtraie sapinière à Fétuque, sur sols plus riches et plus frais, avec une dominance de hêtres.

Les bois mixtes des ravins et des éboulis

Toujours humides et parcourus par des ruisselets, les ravins et éboulis sont recouverts partiellement d’érables sycomores, d’ormes des montagnes, de frênes de hêtres, de sorbiers  et sapins. Les parties les plus humides portent un liseré d’aulnes glutineux.

Dans le vallon en amont du Grand Langenberg, nous trouvons une grande formation d’aulnaie tourbeuse. Son altitude d’implantation  et son étendue de 17 hectares en font une richesse naturelle assez rare. Des zones tourbeuses morcellent cette forêt, composées de sphaines, laîches, luzules des bois, ainsi que de plantes protégées : la rossolis à feuille ronde et la linaigrette engainée.

Les hautes chaumes secondaires

Au dessus de 1000m, la destruction de la hêtraie sommitale a engendré des pelouses à nard et  fétuques rouges, occupées de landes basses à myrtes. Sur les pâturages, on retrouve des sous arbrisseaux (myrtilles, callunes, airelles) et les graminées dominantes (nard, fétuque, agrostide, canche), le fenouil des alpes, la luzule multiflore, l’arnica, la gentiane jaune, l’euphraise et la pensée des Vosges.

Haut
de page