Menu

La faune au Ballon d’Alsace

Huit peuplements de vertébrés peuvent être identifiés sur le Ballon :

Le peuplement de la hêtraie sommitale

La rigueur du climat opère une sélection sévère, le peuplement est réduit en nombre d’espèces, mais leur caractère montagnard est très accusé.
L’espèce la plus caractéristique est le Grand Tétras, favorisé par l’abondance des myrtes, et la chouette de tengmalm.
Le chamois qui stationne dans l’érablaie ou la hêtraie sapinière traverse régulièrement la hêtraie lorsqu’il vient se nourrir sur les hautes chaumes.

une chouette
cliquez pour agrandir l'image une chouette

Le peuplement de la hêtraie sapinière

Mieux développée que la hêtraie sommitale, et plus favorisée climatiquement, la hêtraie sapinière présente un peuplement de vertébrés plus divers. L’originalité du peuplement tient à la présence d’espèces nordiques ou alpestre comme le venturon montagnard, les chouettes de tengmalm et chevêchette, le merle à plastron, et le bec croisé.

Le peuplement des érablaies

Il est particulièrement diversifié du fait de la structure très complexe de la végétation tant sur le plan vertical, qu’horizontal. Les fauvettes, l’accenteur mouchet et le pipit des arbres sont particulièrement abondants.

Les reboisements d’épicéa

Les pessières plantées présentent un cortège faunistique d’une très grande pauvreté dès qu’elles atteignent l’âge du perchis ou de la futaie. Le casse noix peut nicher dans les boisements adultes.

Les pelouses et prés montagnards

Les mammifères sont représentés par des espèces communes des milieux herbacés non forestiers comme le campagnol des neiges, le campagnol agreste, le mulot à collier, la taupe, le lièvre, l’hermine. Pour l’herpétofaune, on note la présence du lézard agile et de l’orvet.

Le peuplement des landes

Les passereaux tels que le bruant jaune, le pipit des arbres ou la pie grièche écorcheur sont favorisés par la présence de buissons colonisateurs de la prairie. L’exposition sud a permis à certaines espèces méridionales sporadiques de s’installer, comme le bruant fou et l’alouette lulu.

Les hautes chaumes

Les conditions climatiques sont sévères, le cortège est donc pauvre mais assez spécifique et original. On trouve par exemple le traquet motteux, le pipit spioncelle et le pipit farlouse ainsi que des espèces plus abondantes comme l’alouette des champs.
Le grand nombre de micromammifères spécifiques à ces milieux attirent bon nombre de prédateurs : hermine, renard, rapaces diurnes, faucon crécerelle, faucon pèlerin, buse variable, bondrée apivore, épervier d’Europe, ainsi que le grand corbeau. L’abondance et la richesse du fourrage conviennent à des herbivores comme le lièvre, le chevreuil ou le chamois.

Le peuplement des cours d’eau

Le Wagenstallbach et l’Alfeld accueillent, dans leur végétation rivulaire, des espèces typiques des aulnaies et érablaies de moyenne montagne comme la mésange boréale, qui y est abondante. La qualité de l’eau des rivières permet à la salamandre tachetée d’y pondre des œufs. La truite fario trouve ici un biotope favorable et se nourrit de l’entomofaune de ces eaux composées de piécoptères, trichoptères, éphémèroptères et odonates. La présence de la musaraigne aquatique, est envisageable pour ce type de milieu.

Haut
de page